Question:
Comment puis-je maintenir ma concentration jusqu'à la fin et ne pas être distrait en pensant à son bon déroulement?
mfamous
2011-05-04 03:06:34 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Souvent, lorsque j'interprète un morceau de musique et que ça se passe très bien, toute cette pratique a vraiment payé! - Je commence à penser, "wow, tout va très bien. Cela sonne vraiment bien!" Mais alors que cette pensée me traverse la tête, mon jeu s'effondre et je fais des erreurs. Ensuite, mon esprit commence à se disputer pour arrêter de penser à la façon dont cela se passe et rester concentré sur la tâche à accomplir. Je récupère mais je finis contrarié par le fait que la performance ne s'est pas bien déroulée au lieu de reprendre la concentration.

Je ne suis pas sûr si le problème est la distraction, le manque de concentration, pas assez de pratique ou je suis trop à l'aise avec la pièce et pas assez concentré? Je sens que j'ai besoin de pouvoir éteindre ou supprimer une partie de mon esprit pour rester concentré tout au long.

Vous cherchez des idées pour éviter ce scénario. Et sinon, évitez-le, récupérez-en plus gracieusement.

Je partage votre douleur, j'ai exactement le même problème, même si cela se produit lorsque je pratique parce que je ne joue pas en public.
Hahah. J'ai eu le même problème il y a quelques années. C'était un peu difficile pour moi de me concentrer.
Quand je jouais, c'était ma plus grande peur!
Pour avoir une bonne performance, j'essaie d'aimer la musique que je joue, même si ce n'est pas si bon. (Peut-être surtout alors.)
Cinq réponses:
#1
+19
Andrew
2011-05-04 03:17:57 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Pour moi, le problème vient de la différence entre la pratique et la performance publique. La plupart d'entre nous, je pense, pratiquons beaucoup plus que nous ne jouons en public. Étant donné que l’objectif principal de la pratique est l’amélioration et que l’amélioration nécessite une auto-évaluation, un musicien peut s’habituer à une auto-évaluation constante lors de la pratique.

Comprenant cela, je pense que la clé est de «désactiver» cela auto-évaluation. Il ne suffit pas de pouvoir le faire uniquement en performance; plutôt, il faut pratiquer cette compétence de "ne pas pratiquer!" La façon dont je suggère est de désigner une partie d'une pratique comme un passage, comme s'il s'agissait d'une performance. Enregistrez ce passage en revue! Il est important de le faire pour que vous sachiez à l'avance que toute erreur sera détectée par l'enregistreur pour une identification ultérieure, il n'est donc pas nécessaire de s'auto-évaluer pendant l'exécution. à travers, du moins pas comme on le fait dans la pratique habituelle. Vous pouvez ensuite écouter l'enregistrement pour voir quels problèmes vous avez rencontrés. Selon toute vraisemblance, vous trouverez des problèmes que vous n’avez pas trouvés lors de la pratique normale, simplement parce que la situation est différente.

En essayant cette technique, vous deviendrez plus habile à désactiver l’auto-évaluation constante. Vous pouvez alors vous concentrer sur le moment présent dans votre musique sans souci.

Je dois bien sûr avertir que toutes les auto-évaluations ne sont pas désactivées dans la performance. Par exemple, jouer en harmonie nécessite une évaluation tout au long de la performance. Si je trouve que je suis devenu net par rapport à l'ensemble, je rendrai l'ajustement de l'embout buccal nécessaire à ma prochaine occasion raisonnable. Certes, je peux forcer les hauteurs vers le bas, mais pour mon propre confort et un meilleur ton, il est nécessaire de déplacer l'embout buccal. Je ne pourrais pas savoir le faire si je ne m'auto-évaluais pas de cette manière. Cependant, cela n'implique pas d'évaluer les notes déjà passées. Au lieu de cela, il faut «vivre dans le présent», comme je pense que vous cherchez à le faire pendant une représentation.

Excellente réponse, j'aurais aimé pouvoir lire ceci il y a 5 ans
@Edgar Gonzalez Vous l'avez fait!
Cette réponse, et le commentaire d'@Flounderer's viennent de faire ma nuit, toutes ces années plus tard.
#2
+3
philxan
2011-05-05 08:16:31 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Il n'est pas rare de devenir autocritique en faisant quelque chose. On apprend souvent aux écrivains à simplement écrire, puis à éditer plus tard, plutôt que d'écrire un peu, de le modifier, d'écrire un peu plus, ou de supprimer et de réécrire continuellement au fur et à mesure. Le problème est que si nous commençons à nous concentrer sur la critique, nous perdons notre concentration sur l'acte, et donc ça descend!

Barry Green a écrit un livre merveilleux sur le concept et les moyens de le surmonter, appelé Le jeu intérieur de la musique.

http://www.amazon.com/Inner-Game-Music-Barry-Green/dp/0385231261

http: / /www.innergameofmusic.com/

Cela vaut la peine d'être ramassé.

#3
+2
Epanoui
2014-10-03 23:50:02 UTC
view on stackexchange narkive permalink

J'ai aussi la tendance à «s'auto-observer». Une solution simple consiste à essayer de prêter attention aux notes et aux rythmes et à ce qu'ils ressentent pour vous. Cela a tendance à absorber votre attention et à vous ramener dans la musique. Vous voulez que votre cerveau fonctionne moins dans le domaine du langage et de la conscience de soi et plus dans le «langage» de la musique.

Cela peut sembler une réponse espiègle, mais cela peut vraiment aider. Une technique de méditation de longue date consiste à se concentrer sur un objet physique pour calmer tout le babillage de l'esprit, et un musicien peut réduire le bruit de fond d'une pensée indésirable en réappliquant son attention sur les notes - pas simplement en les exécutant ou en les exécutant. mais ce qu'ils disent et comment vous pouvez le mieux exprimer cela.

Vous pouvez également l'utiliser pour modifier vos émotions. Mettez de la musique que vous associez à l'émotion désirée, puis ouvrez-vous pleinement aux sons et à ce qu'ils expriment.

#4
+1
Dorothy
2011-05-04 03:27:54 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Il me semble que votre problème est le même que le mien. Mon esprit se met à vagabonder. Cela m'arrive généralement lorsque je chante. Quand j'ai enfin "Wake Up!" de mes pensées, je me perds dans la chanson. Parce que je pense beaucoup plus vite que je chante, je pense généralement que je suis sur le deuxième couplet et non sur le premier.

Une chose que j'ai trouvée m'a aidé à me concentrer sur le sens de la chanson (les mots dans mon cas) et en pratiquant pour améliorer la chanson en utilisant le mouvement, le volume et l'expression. Aussi je ferme les yeux quelques fois pour m'aider à "Get Into The Music". Mon conseil est donc de Get Into The Music, absorbez-vous dans votre propre chanson. Vous pouvez également essayer d'entrer dans la musique lorsqu'il y a des distractions majeures.

Oui. Le chant et le sens des mots en font partie. À l'occasion, je remplace le directeur musical de l'église et mon plus gros problème est de rester concentré tout en jouant un hymne avec la congrégation.
#5
-2
kamaal
2011-05-05 08:48:31 UTC
view on stackexchange narkive permalink

La clé est d'abord de le faire, puis de bien le faire. En informatique, nous appelons cela «optimisation prématurée» et cela est synonyme de désastre.

Je pense que la clé pour vous sera de simplement vous concentrer sur le bon fonctionnement, puis de prendre le temps de penser à improviser et de voir si peut faire mieux.

Est-ce 2 clés ou 1? Cela se lit comme si le second était exactement le contraire du premier.


Ce Q&R a été automatiquement traduit de la langue anglaise.Le contenu original est disponible sur stackexchange, que nous remercions pour la licence cc by-sa 3.0 sous laquelle il est distribué.
Loading...